AZZ
Chateau
   Salle de Chasse
   Archives Musicales
   Musee de Peinture
   Sala Terrena
   Le Bibliotheque
   La Salle des Vassaux
   Sale de l`Assemblee
   Sale du Trone
   Chambre du Tsar
   Salon Rose
   De Medailles

Jardin Situe
Jardin de Fleurs
Kromeriz
Autres
Informations



Le nom de KROMERIZ est sans doute d´origine slave. Il désignait quelqu´un qui était célèbre même horsde sa région et de sa tribu. A l´époque de l´Empire de Grande-Moravie (IXe siècle),il y avait un lieu fortifié slave gardant un croisementde chemins importants situé au gué de la rivière Morava. Un sentier menant des gisements de sel, situésen Autriche, à la Moravie du Nord y coupait un sentier d´ambre très connu menant de la mer Baltique à la mer Adriatique. Ce noeud de communication était important également à l´époque romane (village et marché slaves). L´évêque Bruno de Schaumburg (1245 - 81) a transformé le village avec le marché en ville fortifiée. Le lieu fortifié roman a été reconstruit en château gothique et est devenu centre de vassaux avec son tribunal. L´évêque Stanislav Thurzo (1497 - 1560) a commencé à transformer le château fort en château Renaissance. En 1509 il a invita le roi Vladislav II à Kromeriz en écrivant qu´il y avait un beau jardin propice au prince Louis. Au musée de peinture situé dans le château, il y a quatre tableaux de L. Cranach père, dont deux sont revêtus des armoiries épiscopales.C´était une commande directe. L´empereur Rodolphe IIa renouvelé le titre de prince aux évêques en 1588et le droit à l´évêché morave de fabriquer la monnaieen 1608. En 1643, pratiquement à la fin de la guerrede Trente Ans, la ville de Kromeriz s´est rendue au général suédois Torstenson. La ville et le château ont été brûlés, ultérieurement deux fois pillés et la pestea considérablement réduit la population de la ville en 1645. Seulement 69 maisons (dont certaines en ruines) sur 244 maisons sont restées habitées. Pendant longtemps, Kromeriz n´a pu surmonter ces catastrophes. Finalement, un nouvel évêque énergique, Charles IIde Liechtenstein-Castelcorn (1664 - 1695), redressala situation. On dit que le nouvel évêque entra après son intronisation sur la terasse d´une tour du château et lorsqu´il vu la ville détruite il commença à pleurer. Il décida de donner à la ville où se trouvait son siègeun aspect princier. Il créa à Kromeriz un Bureaude construction qui supervisait les chantiers épiscopauxet forçait les bourgeois à reconstruire leurs maisons.Le château était en ruines et il n´était plus possible - même de façon provisoire - d´y habiter. L´évêque siégea dans une maison capitulaire. Un an après son intronisation,il commença à réaliser derrière les fortifications municipales un grand jardin italien nommé Parc d´agrément, que les habitants de Kromeriz appellent aujourd´hui Jardin des fleurs. Les travaux durèrent dixans et le prix fut très élevé (75 000 florins). Le projet fut réalisé par l´ingénieur Filiberto Lucchese, architecte impérial, et l´ingénieur Giovanni Pietro Tencalla quia repris le chantier après la mort de son collège en 1666. Ces ingénieurs ont dirigèrent également la reconstruction du château qui se termina en 1688. Les corvéableset même les prisonniers travaillaient sur le chantierdu château. Les criminels n´étaient plus condamnésaux travaux forcés à la forteresse de Hukvaldy mais ils travaillaient sur la construction d´une résidence épiscopale à Kromeriz. L´évêque Liechtenstein fit reconstruire le Jardin situé au pied du château, les fortifications municipales et la conduite d´eau. Il construisit de nouvelles fontaines,un Hôtel de la Monnaie. Il créa un poste de médecinà temps complet, il a invita en ville les piaristes et il fit construire pour eux un collège, un lycée et un séminairede chant. En 1689 il fit bâtir un mur de paix séparantla commune et le ghetto juif dans lequel il a créa une mairie juive. La bibliothèque située au château reçu des fonds pour acheter des livres et créer un poste de bibliothécaire. On forma également un orchestre de château, le plus grand en Europe, avec 36 musiciens. La garde épiscopale était composée de 24 mousquetaires vêtus de rouge, de 4 clairons à cheval et de 6 fifres. En 1673 l´évêque acheta une collection de tableaux détenue par les frères François et Bernard Imstenreadori. C´étaient les neveux du collectionneur Ewerhard Jabach dont la collection est le devenue noyau du muséede Louvre. L´évêché est donc devenu propriétairede plusieurs tableaux réalisés par des peintres mondialement connus. Ces tableaux ont été installésau musée situé dans le château. Le chateau construit et équipé par l´évêque Liechtenstein est devenu la dominante de la ville qui a finalement gagné sous son règne un aspect princier. Un incendie destructeur a considérablement touché la ville ainsi que le château en 1752. Après la reconstruction,on réalisa une nouvelle décoration surtout au deuxième étage du château qui fut le plus touché par l´incendie.F. A. Maulbertsch, peintre de Vienne, orna le plafondde la salle des vassaux en 1759. Il réalisa l´unede ses meilleurs oeuvres comparable aux oeuvresde G. B. Tiepolo, fresquiste de Venise. J. Stern, peintre morave peignit presque en même temps le plafondde la grande bibliothèque (1759), le plafond de la petite bibliothèque (1760) et de 1761 à 1762 il orna avec le sculpteur F. Hiernle la chapelle St. Sébastien. La salleà manger (future salle de l´Assemblée) fut reconstruiteen 1772. F. Adolph de Freenthal orna le plafondet M. K. Keller décora la salle en stuc. La colonnade Colloredo avec un jardinet en terrasse fut réalisée en 1795. Le Jardin situé au pied du château fut élargi, modifiéet décoré jusqu´à la moitié du 19e siècle, ainsi il est devenu l´un des parcs les plus renommés en Europe. L´Assemblée des Nations de l´Empire d´Autriche tenait séance dans la grande salle à manger du château durant l´année révolutionnaire 1848. Cette Assemblée fut dissoute en mars 1849 mais le nom Salle de l´Assemblée resta utilisé jusqu´à aujourd´hui et la salle est un monument culturel national. L´histoire du château de Kromeriz et de ses jardins est instructive, importante et irremplaçable au niveau local,de l´histoire nationale tchèque et des relations européennes. Les monuments de Kromeriz, authentiques et bien conservés, sont devenus partie du patrimoine culturel européen. Ils représentent un patrimoine culturel unique qui prouve que la synthèse de l´architecture et la floriculture fait partie de la culture humaine internationale.